1-866-598-7166

Naviguer parmi les examens et les rapports

Afin d’assurer une surveillance continue au fil du traitement et du suivi, un certain nombre d’examens, y compris des épreuves de laboratoire et des techniques d’imagerie, sont nécessaires. Il importe de conserver une copie des résultats de vos examens à portée de main afin de pouvoir en discuter avec votre équipe de soins; ainsi, vous pourrez bien les comprendre et en saisir la portée.

 

Techniques d’imagerie

Un tomodensitogramme (CT scan) utilise les rayons X pour créer une série d’images de l’abdomen, de la poitrine ou du cerveau prise sous différents angles.

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) de l’abdomen est semblable au tomodensitogramme. Dans certaines circonstances spéciales, elle est parfois plus appropriée que le tomodensitogramme. Elle n’a pas recours à la radiation. Toutefois, l’IRM peut s’avérer moins accessible que le tomodensitogramme.

L’ultrason (échogramme) est une méthode d’imagerie utilisée pour explorer les organes internes de l’abdomen, y compris le foie, la vésicule biliaire, la rate, le pancréas et les reins. Les vaisseaux sanguins menant à ces organes peuvent aussi être observés par ultrasons. Par exemple, un ultrason du cœur (échographie cardiaque), visant à confirmer la bonne fonction cardiaque, peut être réalisé avant d’entamer le traitement.

Une scintigraphie osseuse est une technique réalisée à l’aide d’une petite quantité de matière radioactive (unité de médecine nucléaire dans un hôpital) afin de déceler des métastases osseuses.

Un examen du squelette est une série de rayons X visant à explorer tout le squelette afin de déceler la présence de métastases osseuses. Certaines d’entre elles pourraient ne pas être révélées par scintigraphie osseuse.

L’angiocardiographie radioisotopique à l’équilibre est une technique réalisée à l’aide d’une petite quantité de matière radioactive afin d’examiner la fonction cardiaque. Elle fournit des renseignements semblables à ceux de l’échocardiographie (voir Ultrason).

Une radiographie pulmonaire permet d’explorer par rayons X la cavité thoracique, les poumons, le cœur, les grosses artères, les côtes et le diaphragme. Elle est utilisée pour suivre l’évolution des métastases aux poumons. Elle peut aussi être employée afin de s’assurer que les poumons n’ont pas été endommagés par certains médicaments.

La tomographie par émission de positons (TEP) est un examen d’imagerie qui emploie une substance radioactive (traceur) pour détecter la présence de métastases. Elle permet d’identifier des régions de l’organisme dans lesquelles se logent des cellules plus actives que la normale. Une activité cellulaire pourrait laisser entrevoir la présence d’un cancer. La TEP peut donc être efficace pour détecter des sites métastatiques quand l’IRM ou le tomodensitogramme sont imprécis ou non concluants.

CHIMIE SANGUINE

Le cancer du rein peut avoir un effet sur les taux des éléments du sang. Les analyses biochimiques sanguines permettent notamment d’évaluer les électrolytes (sodium, potassium, chlorure, bicarbonate), l’azote uréique sanguin, le calcium et la créatinine. De telles analyses indiquent si le patient peut tolérer ou non certains traitements. Par exemple, certains médicaments peuvent altérer la fonction rénale. La créatinine sérique révèle si la fonction rénale est adéquate ou non. Ces analyses sont faites de façon systématique avant et après le traitement.

 

ÉPREUVES DE FONCTION HÉPATIQUE

Ces épreuves permettent d’évaluer les taux d’albumine, de PA (phosphatase alcaline), de SGPT (sérum glutamopyruvique transaminase), de SGOT (sérum glutamo-oxalacétique transaminase), de gammaglutamyl transpeptidase (GGT), le temps de Quick, et la quantité de bilirubine dans le sang et les urines. Ces substances révèlent si le foie du patient peut ou non tolérer certains traitements. Elles sont mesurées de façon périodique avant et après le traitement.

 

FORMULE SANGUINE COMPLÈTE

  • Nombre de globules rouges
  • Nombre de globules blancs
  • Total hémoglobine sanguine
  • Volume occupé par les globules rouges dans le sang total (hématocrite)
  • Volume globulaire moyen (VGM)
  • Teneur corpusculaire moyenne en hémoglobine (TCMH)
  • Concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine (MCHC)
  • Numération plaquettaire

Ces substances indiquent si les globules rouges du patient (permettant le fonctionnement de tous les organes), les globules blancs (cellules immunitaires) et les plaquettes (coagulation) sont en mesure de tolérer certains traitements. Elles sont mesurées avant et après le traitement.

 

ANALYSE D’URINE

Analyse des substances présentes dans les urines. Certains médicaments peuvent altérer la fonction rénale et la présence de ces substances peut être décelée dans les urines. Par exemple, la protéine n’est habituellement pas présente dans les urines. Des quantités excessives de protéines peuvent indiquer une affection du rein.

De plus amples renseignements sont offerts sur le site MedLine Plus (un service offert par la U.S. National Library of Medicine et le National Institutes of Health) à l’adresse www.nlm.nih.gov sous l’onglet Renal Cell Carcinoma.

 

RÉFÉRENCES:

DÉFINITIONS :

NE PAS suivre ce lien ou vous serez banni du site!