Les types de thérapies immuno-oncologiques

Mis à jour : 15 septembre 2016

Notre système immunitaire est capable d’identifier les cellules cancéreuses en tant que cellules « anormales » et c’est ainsi qu’il arrive parfois à lutter de façon efficace contre le cancer. Dans de très rares cas de cancer du rein, le système immunitaire peut provoquer une rémission spontanée, une guérison du cancer. Le but de la thérapie IO est d’améliorer l’aptitude du système immunitaire à identifier les cellules cancéreuses, à le renforcer et à le soutenir dans sa lutte contre le cancer.

Plusieurs formes de thérapies IO sont disponibles (ou à l’essai) pour de nombreux types de cancer, y compris le cancer du rein. Les différents types de thérapies IO énumérés ci-dessous incitent, chacun à leur manière, votre système immunitaire à combattre votre cancer.

 

Les anticorps inhibiteurs de points de contrôle

Les anticorps inhibiteurs de points de contrôle sont des thérapies IO qui agissent en éliminant la dernière ligne de défense des cellules rénales cancéreuses, qui consiste à leur éviter d’être « reconnues » par votre système immunitaire. Les cellules immunitaires sont gérées par un ensemble de points de contrôle qui ajustent avec précision l’équilibre du système immunitaire. Trop peu d’ajustements provoquent une suractivité du système immunitaire qui attaque alors le corps, tandis que de trop nombreux ajustements inhibent les fonctions immunitaires, ce qui permet aux infections et aux cancers de s’établir.

Lorsque les cellules cancéreuses empêchent sournoisement votre système immunitaire de les reconnaître, les traitements à base d’anticorps inhibiteurs de points de contrôle lui redonnent son aptitude à les combattre. La thérapie au moyen d’anticorps inhibiteurs de points de contrôle ne semble cependant fonctionner que dans la mesure où le système immunitaire est déjà ciblé, alerté, activé et qu’il a déjà commencé à pénétrer les cellules cancéreuses. C’est ainsi que, malheureusement, ces traitements ne s’avèrent pas efficaces dans la totalité des cancers du rein. Les chercheurs en sont encore à tenter d’identifier qui sont les patients qui en bénéficieront, bien qu’ils estiment qu’en l’absence de cellules immunitaires dans la tumeur, les anticorps inhibiteurs de points de contrôle ne fonctionneront pas.

LES TYPES D'INHIBITEURS DE POINTS DE CONTRÔLE

Checkpoint Inhibitors FR

LES INHIBITEURS DE PD-1 ET DE PD-L1 

Une protéine appelée PD-1 (une abréviation de programmed death 1, ou mort cellulaire 1) se retrouve à la surface des cellules du système immunitaire, tandis qu’une autre, appelée PD-L1, est présente sur la surface des autres cellules du corps. La présence de PD-L1 sur la surface des cellules cancéreuses empêche le système immunitaire de les attaquer. Lorsque ces deux protéines entrent en liaison, la cellule immunitaire croit que l’autre cellule est saine et elle n’entre pas en action. On pourrait comparer ce phénomène à un pacte secret qui permet à une cellule immunitaire de savoir qu’elle fait partie de la même « équipe » qu’une cellule saine. En plaçant des protéines PD-L1 sur leurs surfaces, les cellules tumorales dupent le système immunitaire en lui faisant croire qu’elles sont saines; les cellules tumorales font alors partie du pacte secret.

Les inhibiteurs PD-1 et PD-L1 fonctionnent en empêchant PD-1 et PD-L1 d’entrer en liaison, ce qui met fin à la duperie des cellules cancéreuses et permet au système immunitaire de faire son travail.

  • le nivolumab (Opdivo®) – à ce jour, le nivolumab est la seule thérapie au moyen de PD-1 autorisée au Canada, en tant que traitement de deuxième intention du cancer du rein à cellules claires;
  • le pembrolizumab (MK-3475, lambrolizumab, Keytruda®);
  • l'atezolizumab (MPDL3280A,Tecentriq®);
  • le durvalumab (MEDI4736);
  • l'avelumab (MSB0010718C).

LES INHIBITEURS DE CTLA-4

Un autre type d’anticorps agit en bloquant l’expression de la protéine CTLA-4 (une abréviation de cytokine leucocyte antigen 4). CTLA-4 est un point de contrôle qui se retrouve, non pas sur des cellules tumorales, mais sur des cellules immunitaires. CTLA-4 limite la fabrication de cellules anticancéreuses (lymphocytes T tueurs) par le système immunitaire. Lorsque CTLA-4 est bloquée, le système immunitaire peut dès lors reconnaître et combattre les cellules tumorales.

Voici quelques exemples de traitements au moyen d’inhibiteurs de CTLA-4, qui, à ce jour, en sont à un stade expérimental dans le traitement du cancer du rein au Canada :

  • l'ipilimumab (Yervoy®);
  • le tremelimumab (CP-675,206).

Les cytokines

Les cytokines sont des hormones immunitaires produites naturellement par le corps. Elles contribuent à activer ou « allumer » les cellules immunitaires. Le système immunitaire communique avec les cellules du corps au moyen de certaines hormones, par exemple l’interleukin et l’interféron. L’interleukin-2 (IL-2) et l’interféron alfa (IFN-a) sont des traitements par cytokines qui, dans le passé, ont été administrés à certains patients pour traiter différents types de cancer, dont le cancer du rein de stade avancé. Parmi les patients qui ont reçu cette forme de thérapie IO, quelques-uns ont très bien répondu au traitement, certains ont même vu leur cancer disparaître et ont vécu de longues années après la fin de la thérapie. Cependant, ces hormones immunitaires provoquent des effets secondaires importants et ne peuvent être administrés qu’à des personnes jeunes et en pleine forme physique. Ce type de traitement exige un suivi rigoureux.

Au Canada, ces traitements sont maintenant rarement utilisés, sauf dans des cas particuliers.

Les vaccins (encore à l’étude)

On a testé les vaccins pour plusieurs types de cancer mais, à ce jour, les versions plus anciennes n’ont pas fait la preuve de leur efficacité anticancéreuse. De nouveaux types de vaccins font aujourd’hui l’objet d’essais cliniques pour le traitement du cancer du rein. D’autres types de vaccins sont testés pour la prévention des virus qui sont à l’origine de certains cancers (par exemple, le virus de l’hépatite B ou celui du VPH (virus du papillome humain).

Les plus récents vaccins ont pour but d’inciter votre système immunitaire à attaquer les cellules cancéreuses, en aidant ce dernier à les identifier comme cible. Ces vaccins anticancéreux ne sont administrés qu’après l’apparition du cancer; ils sont donc considérés comme des traitements et ne sont pas utilisés pour la prévention. Dans certains cas, on prélève vos propres cellules immunitaires ou cancéreuses qu’on utilise ensuite dans la fabrication du vaccin. Ces cellules modifiées vous sont ensuite injectées et aident votre système immunitaire à reconnaitre et à combattre vos cellules cancéreuses.

Voici quelques exemples de vaccins qui sont à l’étude pour le cancer du rein :

 
AGS-003 Des échantillons de vos cellules immunitaires sont prélevés et sont ensuite génétiquement modifiés, de façon à leur permettre de reconnaître vos cellules cancéreuses. Ces cellules modifiées vous sont alors injectées. On peut établir un certain parallèle avec la thérapie CAR (qui sera abordée ci-dessous, dans la section sur l’immunothérapie cellulaire), mais ici, les cellules modifiées ne s’attaquent pas à la tumeur mais elles enseignent plutôt au système immunitaire à la combattre.
IMA901 ce vaccin est composé de 10 protéines courantes dans le cancer du rein. Il agit à la manière d’un vaccin traditionnel et ne vous rendra donc pas malade. Il est plutôt conçu pour apprendre à votre système immunitaire la façon d’identifier vos cellules cancéreuses.
MGN1601 ce vaccin est composé des cellules rénales cancéreuses de quelqu’un d’autre. Lorsque ce vaccin vous est injecté, votre système immunitaire détruit les cellules qu’il contient parce que, comme elles ne vous appartiennent pas, il les identifie comme une menace. Pendant que votre système immunitaire combat ces cellules rénales cancéreuses étrangères, il apprend à quoi ressemble une cellule rénale cancéreuse et sera ensuite en mesure de détruire votre tumeur.

La thérapie vaccinale pour le cancer du rein en est encore à un stade expérimental.

L’immunothérapie cellulaire (encore à l’étude)

Les cellules immunitaires (lymphocytes) d’un patient peuvent être prélevées ou « récoltées » dans son sang ou dans sa tumeur rénale. Ces cellules sont ensuite multipliées en laboratoire et réinjectées au patient. Si la quantité de cellules immunitaires est supérieure à celle des cellules tumorales, on espère que le cancer du rein sera attaqué. L’immunothérapie cellulaire comprend le transfert adoptif de lymphocytes T (en anglais, TIL ou Tumor Infiltrating Lymphocytes) et la thérapie par récepteurs antigéniques chimériques (en anglais, CAR-T, ou Chimeric Antigen Receptor T-cell therapy). À ce jour, ces types de traitements sont uniquement administrés dans le contexte d’essais cliniques pour certaines formes de cancer et ne sont accessibles que dans un nombre restreint de centres de recherche dans le monde.

 

RemarquesLes traitements d’immuno-oncologie pour le cancer du rein font l’objet d’un grand nombre d’essais cliniques, soit en monothérapie, ou en combinaison avec des thérapies ciblées ou d’autres thérapies immuno-oncologiques. L’accès à ces traitements et aux essais cliniques peut dépendre de votre lieu de résidence au Canada. Appelez-nous si vous avez besoin d’informations additionnelles ou cliquez sur les liens suivants :

(Ce texte est une adaptation d’une partie du contenu du site Web 10-FOR-I.O.)

 

RÉFÉRENCES:

10-FOR-I.O.

Société canadienne du cancer : 

North SA, Bassapa N, Basiuk J, et al. Prise en charge du cancer du rein avancé : mise à jour du consensus du Forum canadien sur le cancer du rein, 2015 Traduit du Canadian Urological Association Journal.  2015; 9(5-6):164-70.

Lee-Ying R, Lester R, Heng D. Current management and future perspectives of metastatic renal cell carcinoma.  International Journal of Urology.  September 2014; 21(9):847-55. 

Rachna R, Vaena D.  Immunotherapy in Metastatic Renal Cell Carcinoma: A Comprehensive Review,  BioMed Research International.  2015.  Article ID 367354.

Godwin JL, Zibelman M, Plimack ER, Geynisman DM.  Immune checkpoint blockade as a novel immunotherapeutic strategy for renal cell carcinoma: a review of clinical trials.

Motzer RJ, Escudier B, McDermott DF, et al.  Nivolumab versus Everolimus in Advanced Renal-Cell Carcinoma.  New England Journal of Medicine.   2015 November 5; 373(19): 1803–1813.