Les effets secondaires de la thérapie immuno-oncologique

Mis à jour : 15 septembre 2016

Les traitements d’immuno-oncologie (IO) activent le système immunitaire et collaborent avec lui afin d’attaquer votre cancer du rein.

La thérapie IO est différente des autres traitements contre le cancer. Ce n’est ni une chimiothérapie ni une thérapie ciblée. Les principaux effets secondaires de la thérapie IO sont causés par une hyperactivité du système immunitaire qui attaque les tissus sains de votre corps. Ces effets secondaires ressemblent à ceux d’autres maladies causées par une hyperactivité du système immunitaire, qu’on appelle maladies auto-immunes. Les effets secondaires des thérapies IO dépendent du type de traitement (ou de la combinaison de traitements) qui vous est administré (par exemple une thérapie au moyen d’anticorps inhibiteurs de points de contrôle), ainsi que de votre réaction à ce traitement.

Les effets secondaires des thérapies IO sont très différents de ceux des autres traitements pour le cancer du rein, dans la mesure où leur mode d’action n’est pas le même. La manière de les traiter, dans le cas d’un cancer du rein, pourra donc être différente. Il est important de connaître quels sont les effets secondaires que vous pourriez développer en lien avec votre traitement IO et ce qu’il convient de faire pour y remédier.

Les effets secondaires d’une thérapie IO peuvent sembler bénins à leur début, mais ils sont susceptibles de s’aggraver très rapidement. Même si les effets secondaires que vous éprouvez sont légers, il vous faut communiquer avec votre médecin le plus rapidement possible.

Nous ne savons pas encore si la thérapie IO altère votre système immunitaire de façon permanente, mais il est clair qu’elle continue d’agir même après que vous ayez terminé le traitement. Les effets secondaires de la thérapie IO peuvent aussi se développer sur une durée plus ou moins longue, dans certains cas, longtemps après le début du traitement, dans d’autres, plusieurs mois après son interruption. Mentionnez toujours aux professionnels de la santé que vous consultez que vous suivez (ou avez suivi) une thérapie IO.

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE

Vous devez signaler au plus vite à votre équipe d’oncologie TOUS les effets secondaires que vous éprouvez. Cette directive est valable, même s’il y a longtemps que vous avez reçu votre infusion ou que vous avez pris votre pilule. Quelque chose qui pourrait sembler assez bénin au début (par exemple, une diarrhée), peut s’aggraver rapidement lorsque que l’effet secondaire est relié au système immunitaire. N’hésitez pas à appeler votre médecin et faites-le très rapidement. Il vaut beaucoup mieux appeler votre médecin pour un problème qui n’est pas relié à votre traitement que d’attendre, ne serait-ce qu’un jour. Dans certains cas, on devra recourir à l’administration de stéroïdes sur une courte période, après laquelle vous pourrez reprendre le traitement. Être soigné rapidement pour un effet secondaire sérieux pourrait empêcher qu’il ne devienne permanent.

Il pourrait vous être utile de tenir un journal qui dresse la liste de vos effets secondaires. N’hésitez pas à appeler votre médecin ou votre infirmière aussitôt que vous remarquez quelque symptôme que ce soit. Une seule journée de retard pourrait résulter en une hospitalisation et nécessiter de sérieuses interventions.

De nombreux patients atteints d’un cancer du rein placent dans leur portefeuille une carte qui mentionne le nom du traitement IO qu’ils reçoivent, ou ont reçu.

CE QUE VOTRE MÉDECIN PEUT FAIRE

Compte tenu de la gravité d’un effet secondaire, votre médecin décidera de :

  • faire une pause plus ou moins longue dans le traitement;
  • ajuster la dose ou la fréquence d’administration;
  • interrompre le traitement.

Vous devrez peut-être prendre des médicaments appelés stéroïdes (par exemple, des corticostéroïdes tels que la prednisone, la prednisolone ou la dexaméthasone) qui ralentissent le système immunitaire. Il s’agit de ce qu’on appelle un traitement immunodépresseur.


LES EFFETS SECONDAIRES LES PLUS COURANTS DES TRAITEMENTS IMMUNO-ONCOLOGIQUE SONT LES SUIVANTS:

 

La fatigue, ou « n’être pas dans son assiette »

La fatigue est un effet secondaire très courant des thérapies IO. Il est important de signaler un sentiment de malaise ou une aggravation de la fatigue aussitôt que vous les remarquez.

Consultez notre fiche détaillée sur la fatigue

 

Votre médecin pourra prescrire des tests sanguins ou autres, afin de déterminer la cause de votre fatigue.

L’éruption cutanée ou autres effets secondaires reliés à la peau

L’éruption cutanée peut être un symptôme d’une inflammation de la peau. Dans le cas de certaines thérapies (par exemple, les inhibiteurs de la CTLA-4 tels que l’ipililumab/Yervoy®), les réactions cutanées peuvent survenir de deux à trois semaines après l’administration de la première dose. Une inflammation de la peau peut entraîner de graves réactions cutanées.

Les signes et les symptômes de graves réactions cutanées peuvent comprendre : 

  • une éruption cutanée accompagnée ou non de démangeaisons,
  • des plaies dans la bouche,
  • des ampoules ou une pelade.

Lorsque vous êtes à l’extérieur, il est important d’appliquer un écran solaire à large spectre ou un écran total sur toutes les surfaces de la peau exposées et de répéter l’application fréquemment.

Consultez notre fiche détaillée sur les réactions cutanées.

 

Votre médecin peut vous prescrire une pommade stéroïde en application locale (topique), des antihistaminiques pour atténuer la démangeaison ou d’autres médicaments stéroïdiens. Il pourra aussi demander une consultation pour vous auprès d’un spécialiste (dermatologue). 

La diarrhée, les selles molles ou sanglantes, ou les douleurs abdominales (estomac)

Ce sont peut-être les symptômes d’une inflammation de l’intestin (colite) qui pourrait, si elle n’est pas traitée, causer des lacérations dans votre intestin (voire une perforation).

Les signes et les symptômes de la colite peuvent comprendre :

  • la diarrhée (selles molles) ou des selles plus fréquentes qu’à l’habitude,
  • du sang dans vos selles ou des selles noires, goudronneuses et collantes,
  • une douleur à l’estomac ou une sensibilité de l’abdomen au toucher.

Consultez notre fiche détaillée sur la diarrhée.

 

Votre médecin peut demander une analyse de selles afin d’éliminer d’autres causes potentielles de la diarrhée, vous prescrire un médicament anti diarrhéique, ou un cycle de stéroïdes. Il pourra aussi demander une consultation pour vous auprès d’un spécialiste (gastroentérologue). 

L’essoufflement, la toux ou les douleurs thoraciques

Ces effets peuvent signaler une inflammation des poumons appelée pneumopathie. Votre médecin pourrait prescrire une radiographie thoracique, un examen au scanner ou un examen de fonction pulmonaire, afin d’entreprendre rapidement un traitement pour éviter l’aggravation de la pneumopathie, le cas échéant.

Consultez notre fiche détaillée sur les problèmes pulmonaires.

 

Votre médecin peut vous prescrire des stéroïdes et des médicaments immunosuppresseurs. Il pourra aussi demander une consultation pour vous auprès d’un spécialiste (pneumologue).

Les nausées, l‘anorexie, la jaunisse, et les douleurs abdominales

Ces effets peuvent être des symptômes de problèmes reliés au foie, par exemple, une inflammation du foie (hépatite) qui peut mener à une insuffisance hépatique, si elle n’est pas traitée. Les signes et les symptômes d’une hépatite peuvent comprendre :

  • un jaunissement de la peau ou du blanc des yeux (jaunisse),
  • des urines foncées (couleur de thé),
  • des nausées ou des vomissements,
  • une perte de l’appétit (anorexie),
  • une douleur au côté droit de l’estomac,
  • une propension aux saignements ou aux ecchymoses plus grande qu’à la normale.

 

Votre médecin peut demander des tests sanguins afin d’analyser votre fonction hépatique et prescrire des médicaments immunosuppresseurs. Il pourra aussi demander une consultation pour vous auprès d’un spécialiste (gastroentérologue ou hépatologue). 

Les problèmes hormonaux

L’inflammation des glandes hormonales (plus particulièrement, l’hypophyse, la thyroïde et les glandes surrénales) peut affecter leur bon fonctionnement.

Les signes et les symptômes d’un mauvais fonctionnement de ces glandes peuvent comprendre :

  • des maux de tête persistants ou inhabituels,
  • une torpeur inhabituelle, une sensation constante de froid ou un gain de poids,
  • des changements d’humeur ou de comportement, tels qu’une diminution de la libido, de l’irritabilité ou des pertes de mémoire,
  • des étourdissements ou des évanouissements.

 

Votre médecin fera un suivi régulier de vos niveaux d’hormones au moyen de tests sanguins. Il pourra aussi demander d’autres tests en vue d’analyser le bon fonctionnement de vos glandes et, au besoin, vous prescrire une hormonothérapie substitutive ciblant la glande à l’origine des effets secondaires. Finalement, il pourra demander une consultation pour vous auprès d’un spécialiste (endocrinologue). 

Les problèmes ophtalmologiques (oculaires)

Les symptômes reliés à l’inflammation des yeux peuvent comprendre :

  • une vision floue,
  • une double vision,
  • d’autres problèmes de vision,
  • des douleurs ou des rougeurs oculaires.

Signalez immédiatement à votre médecin tout changement dans votre vision. Vos yeux pourraient devenir secs, irrités ou hypersensibles à la lumière.

 

Votre médecin pourra vous prescrire des larmes artificielles ou onguent et demander une consultation pour vous auprès d’un spécialiste (ophtalmologiste). 

La fièvre et les symptômes pseudo-grippaux

Prenez votre température et signalez à votre médecin l’apparition de fièvre, de frissons, de douleurs musculaires, de fatigue ou de tout autre symptôme grippal. Consultez votre équipe d’oncologie avant de prendre tout médicament pour la fièvre ou pour la grippe, même si ces derniers sont en vente libre et que vous les avez déjà pris dans le passé.

N’absorbez pas d’ibuprofène (Advil®), d’aspirine ou de naproxène (Aleve®) avant d’avoir pris votre température et consulté votre médecin.

 

Votre médecin voudra peut-être demander certains tests pour confirmer la présence d’une infection. 

Les problèmes rénaux

Signalez à votre médecin toute présence de sang dans vos urines, une diminution de la quantité ou une couleur plus foncée de ces dernières, un gonflement des chevilles, une prise de poids inexpliquée ou une perte de l‘appétit (anorexie).

 

Votre médecin pourra prescrire des tests sanguins afin d’analyser votre fonction rénale et, le cas échéant, demander une consultation pour vous auprès d’un spécialiste (néphrologue).

L’engourdissement ou la faiblesse

Dans des cas très rares, une inflammation des nerfs ou des muscles peut entraîner la paralysie. Les symptômes de problèmes affectant les nerfs peuvent comprendre :

  • une faiblesse inhabituelle au niveau des jambes, des bras ou du visage,
  • de l’engourdissement ou des picotements dans les mains ou les pieds,
  • des douleurs musculaires.

La réaction à la perfusion

Les traitements IO tels que le nivolumab (Opdivo®) sont injectés dans vos veines (intraveineux) et peuvent entraîner une réaction à la perfusion. Communiquez avec votre médecin ou votre infirmière si vous avez des frissons, des tremblements, des démangeaisons, des rougissements, un gonflement des lèvres, de la langue ou de la gorge, de la difficulté à respirer, des étourdissements, une sensation d’évanouissement, une accélération de votre rythme cardiaque ou une sensation d’arythmie.

 

Le médecin pourra interrompre la perfusion et prescrire des stéroïdes et des antihistaminiques afin d’amoindrir la réaction.

 

Vous trouverez des informations plus détaillées sur des traitements d’immuno-oncologie spécifiques, leur mode d’action, la façon de les administrer, leurs effets secondaires et la manière de les gérer sur le site Web d’Action Cancer Ontario, sous l’onglet « Fiches d’information sur les médicaments ». Les informations sont disponibles en français et en anglais.

(Ce texte est une adaptation d’une partie du contenu du site Web 10-FOR-I.O.)

 

RÉFÉRENCES:

10-FOR-I.O. :

Lainez N, García-Donas J, Esteban E, et al.  Impact on clinical practice of the implementation of guidelines for the toxicity management of targeted therapies in kidney cancer. The protect-2 study.  BMC Cancer.  February 22, 2016;16(1):135.

Raman R, Vaena D.  Immunotherapy in Metastatic Renal Cell Carcinoma: A Comprehensive Review.  BioMed Research International.  2015:367354.

Pham A, Ye DW, Pal S.  Overview and management of toxicities associated with systemic therapies for advanced renal cell carcinoma.  Urologic Oncology.  December 2015; 33(12):517-27.

Villadolid J, Amin A.  Immune checkpoint inhibitors in clinical practice: update on management of immune-related toxicities.  Translational Lung Cancer Research.  October 2015;4(5):560-75.

Canadian Association of Pharmacy in Oncology (CAPhO).  ONTarget Resource Guide: Common Side Effects of Targeted Therapy.  July 2015.  Disponible en français et en anglais.

Société canadienne du cancer. Immunothérapie du cancer du rein.

American Cancer Society. Cancer Immunotherapy.