Nos droits

Il y a un peu plus de deux ans, le Québec accusait un important retard sur la vaste majorité des provinces canadiennes en ce qui a trait à  l’accès aux traitements ciblés pour l’adénocarcinome rénal métastatique. Il existait en effet des iniquités importantes parmi les patients dans l’accès aux traitements entre les différents types de cancer du rein, entre les patients québécois et ceux des autres provinces, ainsi qu’entre ceux qui bénéficiaient d’assurances privées et ceux inscrits au régime public de remboursement. Ce retard a été en majeure partie rattrapé et tous les traitements pour le cancer du rein métastatique approuvés par Santé Canada, hormis le Nexavar, sont maintenant inscrits sur la liste des médicaments d’exception du Québec.

C’est grâce à l’implication de patients et leurs proches ainsi que de membres de la profession médicale que ces injustices ont été corrigées.

Mais il n’en faudrait pas beaucoup pour que ces acquis disparaissent. D’une part, de nouveaux traitements plus performants sont en développement et feront l’objet d’approbations par Santé Canada dans les mois et les années à venir; seront-ils acceptés? D’autre part, plusieurs des traitements actuels ont été approuvés sous réserve d’ententes de partage de risque et de développement de l’évidence avec l’industrie. Or rien n’a encore été fait dans ce sens ce qui suscite une certaine inquiétude.

On observe dans les derniers AVIS AU MINISTRE de l’INESSS une nette prépondérance des refus en ce qui concerne les traitements anticancéreux et ce pour des raisons de pharmacoéconomie. Nous devons donc demeurer vigilants et continuer de nous faire entendre par nos élus.  

 

Il y va de notre survie d’avoir accès aux médicaments: ce n’est pas un privilège, c’est un droit!

Afin de faire connaître à nos élus l’importance de mettre rapidement à la disposition des patients québécois les traitements pour l’adénocarcinome métastatique qui seront approuvés par Santé Canada dans un futur que nous souhaitons rapproché, il est important que vous leur fassiez connaître les raisons pour lesquelles vous souhaitez voir ces thérapies approuvées pour un remboursement par le régime général d’assurance médicaments. À cette fin, les délais encourus lors de la négociations d’ententes avec l’industrie ne devraient pas retarder l’accès des patients aux traitements qui sont à même de prolonger leur survie.

 Écrivez une lettre qui présente votre cas personnel ou celui de l’un de vos proches. Une telle lettre est généralement plus efficace qu’une  lettre-type.

Demandez à vos parents et à vos proches d'écrire leur propre lettre ou d’envoyer une copie de votre lettre.

Vous pouvez envoyer votre lettre par la poste ou par courriel, mais dans ce cas, envoyez aussi une copie papier aux adresses indiquées ci-dessous.

Faites-nous part des réponses que vous recevrez. Elles pourront nous servir lors de rencontres que nous pourrons avoir avec les différents intervenants gouvernementaux.

Pour de plus amples renseignements contactez: info@cancerdurein.ca

 

Destinataires de la lettre :

Veuillez adresser vos lettres aux personnes suivantes :

1. Ministre de la Santé et des Services sociaux
Docteur Gaétan Barrette
Ministre de la Santé et des Services sociaux
Édifice Catherine-de-Longpré
1075, chemin Sainte-Foy, 15e étage
Québec (Québec) G1S 2M1  

2. INESSS :  
M. Maurice Charlebois
Président
2535, boulevard Laurier, 5e étage
Québec (Québec) G1V 4M3

3. Utilisez le lien ci-dessous pour obtenir les coordonnées de votre député provincial:
http://www.assnat.qc.ca/fr/deputes/index.html

4. Utilisez le lien ci-dessous pour obtenir les coordonnées de votre député fédéral:
http://www.elections.ca

N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous avez besoin d’aide pour trouver une adresse. Merci.